Pourquoi le corps ? _________________________________________________________________________________________________________________________

Accueil - Galerie virtuelle - Anciennes expos - Lithographies et gravures - Cheminement abstrait - Contactez moi

____________________________________________________________________________________________________________

 

Pourquoi le CORPS ?

Par Aline Eichner

J’ai débuté par le dessin académique pour apprendre et connaître le corps et ses formes, les mémoriser et, en les réinterprétant, mon dessin devient plus libre et s‘échappe de la représentation réaliste du corps ! Naissent des corps réinterprétés, maltraités, comme pour faire accepter la différence.

Pour moi, le corps représente la vie, le vivant, en opposition à la mort. J’utilise le corps comme prétexte, comme un média, un outil qui me sert à comprendre.

C’est une introspection ! Un va et vient permanent entre extérieur et intérieur, aidé par la ligne et la forme. Je peins avec des outils, des pinceaux, mais aussi avec mes doigts, j’ai besoin de mettre la main dans la pâte, de rentrer en contact, comme pour suivre un instinct primaire.

Je peins le corps à travers des thématiques : le thème « salle de bain », une série de peintures

 

aux tons bleus, « le monde flottant » ou les corps sont en suspension dans un univers rose et noir, entre deux espaces. Les thèmes « anges », « siamoises », « acrobates », et enfin la série des « magasins » (de mains, de têtes, de pieds, de sexes, d’enfants) :  pied de nez à notre société de consommation ; magasins pour changer de tête, ou de membres comme bon nous semble ! Mes croquis de visages dans le métro me font voir les gens différemment. Je vois la multiplicité des physiques ; chaque défaut devient intéressant, unique, beau. Il n’y a plus de normes, plus de limites, mille visages, mille caractères, mille différences : le droit d’être différent ! De là découle la série des visages, des « gueules cassées », inventaire de ces têtes malmenées.

Ce sont les gens qui m’intéressent, les gens différents, faire accepter la différence.

Il y a aussi le corps, l’image qu’il renvoie, la présence du corps, de sa place de ma place, de mon image. L’existence de l’autre, du corps de l’autre, de sa place. Je le déforme, je le maltraite, je le questionne, une façon de le connaître, une façon d’accepter l’autre, de se faire accepter tel que l’on est. Par un travail sur moi et à travers le corps de l’autre, par le média du corps, je reste ouverte vers l’extérieur, en contact avec l’autre.

 

 

"Parmi les innombrables hypostases de sa peinture, ces tableaux font penser à des états d’âme évoquant la force, le pouvoir d’une conscience aux prises avec un monde hostile, une sorte d’exorcisme qu’elle applique au monde réel et qui transforme le figuratif en un irréel obsessif. Les thèmes, qui à première vue suggèrent l’horreur insurmontable se transforment à travers la magie des couleurs en une aventure pleine d’imprévu et d’allusif...." -

Victor SONEA - critique d'art, Bucarest

____________________________________________________________________________________________________________

Accueil - Galerie virtuelle - Anciennes expos - Lithographies et gravures - Cheminement abstrait - Contactez moi

__________________________________________________________________________________________________________________________

Contact: eichnera@yahoo.fr - www.alineeichner.com - 2008 - Tous droits réservés